Conférences

Cycle de conférences Les Chercheurs de la Wallonie

Les conférences se dérouleront au Préhistomuseum et débuteront toutes à 20h00.

Aucune obligation d’être membre des Chercheurs de la Wallonie pour y assister !

L’accès libre et gratuit.

Les conférences se déroulent dans le grand auditoire « Chercheurs de la Wallonie ».

Adresse : 128, rue de la Grotte – 4400 Flémalle – Liège – Belgique

***

Nouveauté 2018 :  » Warm-up de la conference « 

L’Achéobistrot du Préhistomuseum ouvre ses portes à partir de 18h avant chaque conférence.

Les plats à la carte, ainsi qu’un plat «spécial conférence» seront proposés.

(communiqué la semaine précédente et de préférence à réserver à l’avance)

Informations et réservation:

Achéobistrot: [email protected] ou tel. : 04 228 97 61.

Archeobistro
Archeobistro

Mercredi 12 décembre 2018 - « Organisations sociales et la pression de l’environnement en extrême orient sibérien »

  • Sylvie Beyries, Directeur de Recherche CNRS-CEPAM-Nice.

En préhistoire, la compréhension de l’organisation des activités techniques est difficile à atteindre.
Les enquêtes ethnoarchéologiques menées en Sibérie nous montrent que théoriquement, l’organisation des productions artisanales au sein des groupes sont à la fois économiques, sociales et symboliques. Cependant, lorsque ces communautés subissent des pressions environnementales et sociales extrêmes (climat, économie et crise), les règles de la division du travail deviennent flexibles.
Loin d’aider à la compréhension des données archéologiques, les observations ne font que les complexifier. Une seule chose reste claire, la femme est l’élément central de toute l’organisation de la société.

Conférences précédentes

Mercredi 14 novembre 2018 - « Altérations des outils lithiques en contexte périglaciaire : études expérimentales vers une meilleure interprétation fonctionnelle des sites archéologiques »

  • par Marine Michel, Doctorante à l’Université de Liège, TraceoLab/Préhistoire.

Après leur abandon, les outils lithiques subissent des phénomènes post-dépositionnels (e. g. mouvement du sol, racines, gel, acidité) qui peuvent les endommager (physiquement et chimiquement) et rendre difficile leur étude fonctionnelle. 

Il est donc essentiel d’étudier, de comprendre et de distinguer les effets de ces phénomènes sur le matériel archéologique et sur leurs traces d’utilisation

Mercredi 10 octobre 2018 - « L’exploitation des oiseaux au cours de la Préhistoire »

  • Quentin Goffette, Archéozoologue, Institut royal des Sciences naturelles de Belgique.

Au cours des périodes préhistoriques, les animaux faisaient partie intégrante de la vie de nos ancêtres. L’exploitation des mammifères, pour l’alimentation ou l’artisanat par exemple, est fréquemment rapportée et plutôt bien documentée. En revanche, le recours aux espèces aviaires est encore peu connu, malgré des découvertes régulières d’os d’oiseaux en contexte archéologique.

Cette conférence explorera divers aspects de cette problématique afin de préciser quelle a pu être l’importance des oiseaux au sein des économies préhistoriques de nos régions et les finalités de leur exploitation.

Mercredi 08 août 2018 - « Le territoire belge au Néolithique ancien : questions de points de vue et de chronologie »

  • par Anne HAUZEUR, Responsable d’Opérations, adjointe au Bureau d’Études / sarl Paléotime (France) ; Collaboratrice scientifique, Service de Préhistoire, ULg.

Dans le cadre des conférences des Chercheurs de la Wallonie et de l’exposition « Sous l’aéroport, un village préhistorique »

Conférence sur les fouilles archéologiques à Bierset :
« Le territoire belge au Néolithique ancien : questions de points de vue et de chronologie »

Les fouilles récentes menées par l’AWaP confirment l’implantation du Rubané dans ses territoires de prédilection en Belgique. Mais de quelle façon s’insèrent ces communautés d’agriculteurs dans un cadre européen plus large ?

 

Quelques pistes sur les réseaux socio-économiques de l’époque..

Mercredi 19 juillet 2018 - « L’habitat rubané de Grâce-hollogne/Aéroport de Bierset. État de la question »

  • Claire Goffioul & Jean-Philippe Marchal, archéologues, Agence Wallonne du Patrimoine (AWaP), Direction opérationnelle Zone Est (DZE)

Conférence sur les fouilles archéologiques à Bierset : « L’habitat rubané de Grâce-Hollogne/Aéroport de Bierset. État de la question » 

Conférence sur les fouilles préventives à l’aéroport de Liège/Bierset et les découvertes du plus important village rubané (Néolithique ancien) de Wallonie.

Mercredi 9 mai 2018 - « La Préhistoire au féminin, images et interprétations »

  • par Céline Piret, archéologue.

On parle toujours de l’homme préhistorique : le chasseur, l’artiste, l’inventeur. Mais c’est oublier l’autre moitié cachée de l’Humanité : la femme. Mère, captive, amante, voire sacrée, les archéologues et les artistes des siècles passés l’ont projetée dans tous les fantasmes tout en la mélangeant à nos propres mythes des origines, encore aujourd’hui. Ainsi, Lucy l’australopithèque se substitue naturellement à l’Eve biblique, et à la mère allégorique de l’Humanité supplée la génétique, qui recherche le plus vieil ancêtre féminin commun à travers l’ADN mitochondrial. Concernée, la cause féministe essaie de réhabiliter la femme préhistorique ; on parle alors de matriarcat, de culte de la Grande Déesse et de division sexuelle des tâches. Mais au-delà de l’interprétation, que dit finalement l’archéologie ? Peut-on faire parler les petites Vénus paléolithiques, seules images de cette féminité millénaire ?

Ensemble, nous essaierons de comprendre la dimension mythique et sociale qui se cache derrière le thème universel de la dualité entre les sexes.

Mercredi 11 avril 2018 - « Néandertal s'approprie le monde souterrain à Bruniquel »

  • par Sophie Verheyden, Institut royal des Sciences naturelle de Belgique (IRSNB-BELSPO), Bruxelles.

Dans la grotte de Bruniquel (Tarn-et-Garonne), à 336 mètres de l’entrée, des structures annulaires et d’accumulation de stalagmites brisées sont datées d’environ 176 500 ans. Cette découverte place ainsi les constructions de Bruniquel parmi les premières de l’histoire de l’Humanité. Elle recule considérablement la date de fréquentation des grottes par l’Homme, les plus anciennes preuves formelles datant  de ~38 000 ans (Chauvet) ou 60 000ans si on prend en compte les découvertes récente (El Castillo, La Passiega). A la grotte de Bruniquel, aucune paroi ornée, seules six structures sont observées ainsi que des morceaux d’os calcinés. La fonction des structures reste énigmatique.

Mercredi 14 mars 2018 - « Archéologie préventive sur la Place de Moustier-sur-Sambre : premier bilan des fouilles de 2016 »

  • par Élise Delaunois, archéologue, Agence wallonne du Patrimoine (SPW-DGO4)

En 2016, le Service public de Wallonie a réalisé une opération archéologique à Moustier-sur-Sambre. Celle-ci s’inscrivait dans le cadre du réaménagement de la Place de Moustier, le cœur ancien de ce village fondé au 7e siècle par des religieuses. Les fouilles ont révélé les vestiges de l’ancienne église paroissiale, de son cimetière et de bâtiments attachés au monastère. Ces découvertes, qui s’échelonnent du 9e au 19e siècle, apportent de nouvelles informations à la longue histoire de Moustier.

Mercredi 13 décembre 2017 - « La question des adhésifs au Paléolithique : état de l’art, méthodes d’identification et expérimentations au TracéoLab »

  •  Par Dries Cnuts, doctorant au TraceoLab (Université de Liège)

La technologie des adhésifs est centrale dans la conception d’un outil, car ces matières font le lien entre la partie active de l’outil et le manche. Identifier les adhésifs représente un défi scientifique car ni leur nature, ni les recettes d’élaboration ne sont connues avec certitude. Par ailleurs, ces matières organiques sont susceptibles d’avoir été fortement altérées au cours du temps, brouillant les pistes. Au cours des dernières décennies, d’importants développements méthodologiques de caractérisation des composants des adhésifs permettent de questionner et de documenter les différents « systèmes-outils » en restituant des modalités d’emmanchement depuis le Paléolithique moyen.

Mercredi 8 novembre 2017 - « La zone des grottes Schmerling aux Awirs – Un lieu géo-archéologique exceptionnel – inventaire et nouvelles découvertes »

  • Par Luc Willems, géomorphologue et karstologue, collaborateur scientifique au département de géologie de l’ULg

Si le site des Awirs est célèbre pour les cavités explorées par le docteur Schmerling et sa découverte du premier Néanderthalien, il présente d’autres aspects remarquables liés à la fois à la géologie locale et à son exploitation par l’homme, et aux processus d’altération qui s’y sont déroulés au cours des millions d’années.

Une nouvelle prospection essentiellement géomorphologique et karstologique de la zone a permis d’identifier de nouvelles cavités. Elle en précise les modes de formation qui, pour certains, sont liés à l’altération de schistes et à la libération d’acide sulfurique qui l’accompagne. 

Les anciennes exploitations d’alun et l’exploitation d’une carrière ont laissé de nombreuses traces d’une archéologie industrielle aujourd’hui partiellement disparue. Le dégagement des terrains de surface par ces activités permet une observation privilégiée des phénomènes souterrains.

Une réflexion globale sur ce site unique précise les avantages qui ont conduit l’homme à l’utiliser de façon préférentielle durant des siècles.

Mecredi 11 octobre 2017 - « Découverte de fossiles néandertaliens et humains modernes paléolithiques à la Troisième caverne de Goyet »

  • Par Hélène Rougier, professeur d’Anthropologie à la California State University Northridge (USA)

La révision récente des collections de Goyet fouillées à la fin du 19e siècle a montré que la Troisième caverne est un site exceptionnel en ce qu’il a livré des restes humains d’au moins quatre périodes du Paléolithique.

Leur analyse pluridisciplinaire et l’étude de leur contexte associé apportent des données inédites sur leurs caractéristiques biologiques et leurs pratiques mortuaires, et plus généralement aident à documenter les occupations humaines d’Europe du nord au cours du Paléolithique.

Mercredi 10 mai 2017 - La découverte du réseau Noû Bleû, premier accès au grand collecteur de Sprimont

  • par Albert Briffoz, Camille Ek, Jérémy Flament et Jean-Claude London, CRSOA et Collectif du Noû Bleû.

Après 55 ans de recherches en ce vallon, une opportunité a permis, fin 2012, un accès à la rivière souterraine Albert Déom qui draine sur 6,6 km le vallon de Sprimont à Chanxhe. Un collectif d’exploration et études a parcouru et topographié jusqu’ici 3 km de parcours étagés. Des études scientifiques progressent au fur et à mesure des découvertes.

Mercredi 12 avril 2017 - Être avisé. A propos des qualités humaines du bon archer mongol

  • Par Laurent Legrain, docteur en anthropologie, professeur d’anthropologie à l’université libre de Bruxelles.

En Mongolie, comme dans la majorité des cultures où l’archerie s’est développée, la figure de l’archer a longtemps été associée à un idéal humain accessible aux hommes comme aux femmes.

Je tenterai de montrer comment l’archer incarne cet idéal fait d’habileté, de sagesse, de sensibilité, d’intuition et de belles manières.

Mercredi 8 mars 2017 - La musique au Paléolithique en Europe

  • par Virginie Matterne, doctorante à l’Université de Liège – Archéologie préhistorique / Tracéolab.

Qu’est-ce qu’un instrument de musique ? Doit-il simplement pouvoir produire du bruit, des sons puissants ou encore des sons harmonieux ? Et faut-il impérativement qu’il produise plusieurs sons ? C’est là toute la problématique de départ : comment déterminer si un objet a pu, ou non, servir d’instrument de musique. Si la production musicale contemporaine se décline en une multitude de formes, styles et supports, les spécialistes disposent de très peu d’informations concernant son origine et doivent conjuguer différentes disciplines et angles d’approche pour tenter d’appréhender la question de la manière la plus objective possible. 

Mercredi 14 décembre 2016 - « Protéines, graisses et caramels. Le menu du céramologue de l’Antiquité »

  • Par Annick Lepot, responsable scientifique et éducatif à Malagne – Archéoparc de Rochefort / collaboratrice scientifique UCL – Centre de Recherches d’Archéologie Nationale. 

Traces de protéines et de graisses, aliments brûlés au fond des casseroles appelés « caramels », tel est le menu du céramologue. Avec le développement des sciences comme l’archéozoologie, la palynologie et la carpologie et avec l’aide des analyses physico-chimiques, le céramologue dispose de nouvelles informations sur les ingrédients des recettes de l’antiquité. À travers des exemples glanés dans nos régions, cette conférence propose d’approcher les mets à la carte en Gaule à l’époque gallo-romaine. 

Mercredi 9 novembre 2016 - « Des fractures pour comprendre les projectiles préhistoriques : une histoire d'expérimentations »

  •  Par Justin Coppe, archéologue, doctorant au TracéoLab de l’Université de Liège.  

Les pointes lithiques sont bien souvent les seuls éléments que nous ayons conservés de l’armement préhistorique. Leur étude se concentre autour des traces macroscopiques (fractures) et microscopiques (stries, polis) qu’elles ont accumulées lors de leur utilisation. Pour pouvoir les identifier au sein des ensembles archéologiques et pour progresser sur la compréhension des détails de leur fonctionnement (mode de projection, emmanchement…), il est indispensable de passer par une phase expérimentale afin de mieux comprendre les phénomènes se produisant lors d’un impact. Cette communication se concentrera sur le programme expérimental développé au sein du TracéoLab (ULg). 

Mercredi 12 octobre 2016 « Monitoring et conservation préventive de sites archéologiques : enjeux et perspectives »

  •  Par Nancy Verstraelen, archéologue attachée à la Direction de l’Archéologie du Service Public de Wallonie, Direction de Liège 1..  

Nous sommes actifs depuis plus de 15 ans dans le domaine de la conservation préventive, du monitoring et de la mise en valeur de sites archéologiques en tant qu’acteurs ou par le biais de recommandations générales. Si l’expérience acquise sur des sites très diversifiés tels que minières, glacière, crypte archéologique et bâtiments en élévation a amélioré notre expertise et nos connaissances générales relatives au fonctionnement d’un bien au travers des études préalables et/ou du monitoring, il nous parait essentiel à présent de révéler les problèmes rencontrés afin d’améliorer le suivi des processus décisionnels, des procédures relatives aux aménagements, à l’ouverture du site au public et enfin à sa préservation pérenne.