échanges entre les Grecs et les Celtes de l’époque hallstattienne Bulletin des Chercheurs de la Wallonie LIV, 2018-2019

L’apport des échanges entre les Grecs et les Celtes de l’époque hallstattienne
au 6 éme siècle av. J.-C. par l’analyse de trois artéfacts de la tombe à char de Vix

Le cratère, la coupe attique à figures noires dite « de Droop » et la coupe à vernis noir de type « Bloesch C » attestent bien l’existence à Vix de contacts entre les Grecs et les Celtes de l’époque hallstattienne au 6 éme siècle av. J.-C.

Leur présence semblerait venir soit d’un cadeau de mariage, soit d’un cadeau offert à la suite d’une alliance militaire.

Quant à leur fonction, cette vaisselle était peut-être en usage dans la société vixienne selon le modèle de base hellénistique de consommation de vin ou selon un modèle celte.

Mais ces objets ne se résument pas seulement à ces faits et leur influence aura des conséquences dans le futur, de la tradition artistique et religieuse du second âge du Fer jusqu’à la tradition celte médiévale.

L’étude mettra en lumière le cratère au Moyen Âge comme l’incarnation des chaudrons magiques rapportés par les légendes celtes irlandaises et galloises, ainsi que celle du Graal.

René Joffroy a cru identifier une origine morphologique grecque du cratère de Vix grâce à un passage d’une légende racontée par Hérodote.

Mais cette origine pourrait plutôt se situer dans l’Ourartou, en Asie Mineure, si l’on se réfère à un témoignage historique du texte du Louvre.

Une autre légende écrite par Diodore de Sicile raconte l’histoire d’une femme en Bourgogne donnant naissance à un fils prénommé Galatès.

Ce personnage mythologique pourrait avoir un lien entre l’établissement des Galates en Asie Mineure et l’origine du cratère de Vix dans cette région.

Quant aux deux coupes, la coupe attique mettrait en avant le potentiel militaire de la Dame de Vix et la coupe à vernis noir pourrait incarner un symbole nuptial si l’on se réfère à la légende de l’historien Trogue Pompée.

Le fait que ces objets aient été découverts dans une tombe féminine est un élément clé qui caractérise le pouvoir d’une femme celte.

Ces pièces témoignent aussi de la volonté de créer une société multiculturelle entre les Celtes et les Grecs, ce qui aura pour conséquence de favoriser le développement artistique et religieux de la culture de La Tène.

LOISEAU L.

Bulletin des Chercheurs de la Wallonie LIV
2018-2019, p. 7-30

Thierry

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

56 Partages
Partagez56
Tweetez
Partagez